Produits de couvertureLa rénovation de son toit

La rénovation de son toit

Rénover sa toiture


Renforcer l’étanchéité

Le vent, la pluie, la neige sont autant d’ennemis jurés pour celle qui protège notre doux cocon : la toiture.

La concomitance de pluies et de vents entraînent une sollicitation plus forte de la toiture et augmentent le risque de sinistre. Agressée, exposée, dégradée par les assauts incessants des intempéries, celle-ci mérite donc une extrême vigilance.

À ces contraintes extérieures s’ajoutent d’autres éléments perturbateurs, comme les insectes, mousses, lichens, etc. Autant de nuisances capables de porter atteinte à la charpente et au toit.

Et si la réfection de la toiture s’avère nécessaire, c’est aussi le moment d’optimiser l’étanchéité.


Faire des économies d’énergie


La rénovation de la toiture est une occasion inespérée de repenser son isolation sous le signe du confort, tout en poursuivant les objectifs de réduction de la consommation énergétique. 30% de la consommation énergétique d’une maison s’échappe par le toit si celui-ci n’est pas isolé.


Créer un nouvel espace de vie

Un nouveau petit coin de paradis, qui offre le charme d’une pièce en pente douce, baignée d’une belle lumière zénithale grâce à des puits de lumière ou à de précieuses fenêtres de toit !


Valoriser son patrimoine


Le toit, c’est la signature de notre maison. Au-delà de l’esthétique, le toit et la qualité de la charpente, c’est ce qu’il faut contrôler en premier à l’occasion d’un achat. Alors pensez-y ! Un toit en bon état, c’est tout votre habitat qui est valorisé. Enfin, aménager ses combles, c’est en moyenne six fois moins cher qu’acheter l’équivalent de mètres carrés. Nouvel espace et nouveau confort sont donc également synonymes de bon placement.

L’entretien de son toit


Les 12 points-clés d’une toiture à surveiller régulièrement


  • Vérifier l’étanchéité (scellement) des arêtiers et faîtages ; contrôler leurs fixations.
  • Enlever les mousses ou autres végétaux déposés ou fixés sur les éléments de couverture.
  • Contrôler les fenêtres de toit et châssis : encastrement, étanchéité, graissage, filtre de ventilation. Vérifier les liaisons entre lucarnes et toiture.
  • Vérifier els saillies du toit.
  • Vérifier le bon état de la charpente (déformation, attaque par des insectes xylophages...).
  • Vérifier la fixation des tuiles de rive, tuiles de ventilation et éléments décoratifs (girouettes, épis) : repositionner les éléments déplacés.
  • Contrôler les éventuels désordres liés à une intervention extérieure.
  • Vérifier la bonne ventilation de toiture, ainsi que la présence et l’état de l’écran de sous-toiture.
  • Vérifier l’état et l’étanchéité des raccords de cheminée, aspirateurs de fumée et des sorties de toit.
  • Nettoyer les gouttières. Contrôler l’état des soudures, descentes et regards d’eaux pluviales.
  • Considérer si la chaleur estivale dans le comble reste supportable ou non (par exemple s’il y a un écart de température important avec le reste de la maison).

Lexique :

Arêtier : ligne saillante inclinée, droite ou courbe formée par l’intersection latérale de deux versants d’une toiture.

Faîtage : ligne de crête d’une toiture, à l’intersection des deux pans. Elle est recouverte de tuiles ou d’ardoises faîtières, de zinc ou de plomb et, désormais, de plus en plus souvent de closoirs posés à sec.

Rive : bord de toit situé à chaque extrémité du versant.

Noue : c’est l’angle rentrant incliné, droit ou courbe, formé par l’intersection des deux pans de toiture. C’est l’un des éléments qui recueille le plus d’eau.

Source : association Promotoit

Vous avez un projet,
des questions ?

Notre équipe technique est disponible pour  vous conseiller, vous accompagner…
N’hésitez pas, contactez nous !  

Site AGRICOLE